L’enlèvement : qui sera enlevé ?

L’enlèvement : qui sera enlevé ?

Gen5.24 (Version BDS) : “Hénoc vécut en communion avec Dieu puis disparut, car Dieu le prit auprès de lui.

L’évènement le plus proche de nous au moment même où nous croyons en Christ est notre rencontre avec Dieu (Amos4.12). Soit par l’enlèvement, ce jour attendu par l’Eglise et qui viendra comme un voleur dans la nuit (1Thes5.2), soit par notre décès.  La Bible relate deux enlèvements qui se situent tous les deux dans l’ancien testament : celui d’Hénoc et celui d’Elie. Le moment de l’enlèvement d’Elie était connu de lui-même, de son serviteur Élisée et même de quelques autres prophètes. Par contre, celui d’Hénoc a été un évènement soudain, exactement comme celui que chaque chrétien devrait attendre (Mat24.38-44). De plus, Hénoc paraît plus proche de nous car il n’est mentionné rien d’extraordinaire dans sa vie, il était un homme et un père de famille normal. Il a eu des fils et des filles.
Qui sera enlevé au jour de l’enlèvement ?
À un moment donné, par leurs rapports personnels avec Dieu, certains sont prêts et d’autres ne le sont pas. Au jour de l’enlèvement, seuls les hommes et les femmes qui, comme Henoc et avec l’aide du Saint-Esprit, « conduisent leur vie sous le regard de Dieu (Gen5.22) », seront enlevés dans les nuées, pour rencontrer le Seigneur dans les airs (1Thes4.17). Ceux-là ont foi en lui en ce sens qu’ils croient à ses promesses, notamment celle de son retour proche. Ils confessent de leur bouche (Jude14) autant que par leur vie qu’ils attendent ce retour. Paul décrit ainsi cette attitude qui était celle d’Hénoc : « Mais vous, frères, vous n’êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur ; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres (1Thess5.4,5). » Le jour surprend le voleur parce qu’il n’est pas en train de faire ce qui est juste. La lumière du jour ne peut surprendre celui qui vit de manière continue dans la lumière.
S’agissant d’Hénoc, l’auteur de l’Épîtres aux Hébreux nous dit qu’« avant de nous parler de son enlèvement, l’Ecriture lui rend témoignage : il était agréable à Dieu. (Héb11.5b) ». Celui qui se prépare à la rencontre de Dieu ferait mieux de ne pas trop se fier aux témoignages des hommes. Ces derniers sont pour la plupart biaisés en raison des esprits séducteurs et des doctrines de démons (1Tim4.1) qui pullulent. Dans ce monde et de tout temps, il apparaît plus sage d’utiliser le miroir de la Parole de Dieu pour régler sa conduite (Jac1.23-25). La Bible est le volant de notre vie et c’est par elle principalement que le Saint-Esprit nous conduits (Jos1.8 ; Ps1.1-3). Un chauffeur, peut-il conduire une voiture sans volant quelle que soit son habilité ? Le chrétien qui ne lit, n’écoute, et/ou ne médite pas la Bible sur une base régulière est pour notre Conducteur, le Saint-Esprit, comme une voiture sans volant.
Dieu n’a jamais promis qu’il enlèvera la terre avec nous. Jésus prendra à son avènement des chrétiens qui sont attachés à Dieu et non aux choses de la terre. Hénoc a maintenu cette attitude pendant 300 ans et pas sous la nouvelle alliance ! N’est-ce pas la preuve que nous aussi le pouvons ? Nous n’aurons certainement pas à tenir aussi longtemps qu’il l’a fait.

 

Prière : “Seigneur, merci parce que tu reviens bientôt. Aide-moi à demeurer toujours dans la lumière”.

 

Leave a Reply